Au-delà de l’exclusion objective,
le ressenti de l’isolement

L’isolement « objectif » caractérisé par le fait d’être dans l’impossibilité
de nouer des relations sociales ne rend qu’imparfaitement compte du phénomène.

Une partie importante de la population dispose d’un réseau relationnel
tout en éprouvant un profond sentiment de solitude.


11% de la population française se dit exposée à l’isolement
sans que ce sentiment puisse être rattaché
à une exclusion effective des réseaux sociaux.

En clair, ces Français peuvent avoir une famille, des amis et un travail
tout en se sentant seuls.


L’enquête n’avait pas vocation à étudier de manière approfondie
l’origine de ce mal-être.

Toutefois, sur la base des commentaires laissés par ces personnes,
ce ressenti semble traduire un état
déprimé tenant pour partie au fait que les sociabilités
qui s’offrent à elles ne leur conviennent pas,
restent insatisfaisantes en regard de leurs aspirations
ou sont insuffisantes pour pallier la détresse
d’une rupture (divorce, décès d’un proche, perte d’emploi…).

Indépendamment des causes de ce ressenti, on retiendra que la part de
la population française se sentant isolée dépasse de loin la
réalité d’un phénomène réduit à sa dimension objective.
Près d’un Français sur quatre se dit exposé à la solitude et à l’isolement.
La perception du phénomène par la population
56% des Français considèrent que l’isolement est un phénomène en aggravation
33% pensent qu’il n’évolue pas et seuls 2% qu’il est en diminution



Les personnes interrogées estiment que
cette aggravation est liée par ordre d’importance :
à la montée des comportements individualistes,
à l’aggravation de la pauvreté et de la précarité
et à la place prise par la télévision et Internet au
détriment des relations sociales directes.

73% des Français jugent que la population dans son ensemble
n’est pas suffisamment attentive à la solitude de ses concitoyens.
La population est également critique à l’égard de la puissance publique
à laquelle 7 Français sur 10 reprochent de ne pas être suffisamment
mobilisée sur cette question.

Du point de vue des Français, seules les associations et fondations semblent agir
pour lutter contre le phénomène
7 français sur 10 pensent qu’elles sont mobilisées contre l’isolement



L’ampleur du phénomène, sa gravité, les inégalités sociales qui le portent,
ne peuvent laisser indifférents.

Il nécessite une mobilisation large et la mise en oeuvre
d’un éventail d’actions allant du
soutien aux associations intervenant auprès des personnes isolées,
à la promotion d’actions
collectives permettant de recréer le lien social de proximité sur les territoires…


L’ampleur du phénomène
La fragilisation du lien social
L’incapacité à se projeter
et à s’extraire de l’isolement

Les inégalités face à l'isolement
Les catégories les plus touchées
Le sentiment d'être seul
Ecoute suicide
Comment être heureux
Marine Le Pen Front nationnal


qui vote le Pen ?






les plus belles animatrices télé présentatrice et journaliste femme